hardycoaching motivation en entreprise

L

Depuis de nombreuses années, la plupart des entreprises utilisent un système de motivation qui certes a fait ses preuves : celui de « la carotte et du bâton ». Le principe est d’être récompensé pour la réalisation d’une tâche et d’éviter les punitions. Notez toutefois qu’il n’est pas très valorisant.

Le salaire et les primes sont souvent utilisés comme un facteur de motivation. Dans les équipes commerciales par exemple, les incentives et autres primes récompensent la performance individuelle d’un bon vendeur : au plus il vend, au plus il obtient de primes. La limite de ce système est qu’il ne peut à lui seul représenter la pleine motivation du salarié. De plus, si les primes permettent d’augmenter l’enveloppe de salaire, la satisfaction s’exprime à court terme. Rapidement, la recherche de récompenses supplémentaires incite le vendeur à demander plus.

Un facteur de motivation : se sentir utile et trouver du sens

Différentes études ont montré que l’individu a des motivations plus élevées, intrinsèques. En effet, pour agir, aller de l’avant, être motivé et créatif, chacun de nous a besoin d’un stimulant qui corresponde à ses valeurs, ses besoins. Parmi ses stimulants, on trouve notamment le besoin de se sentir utile et de donner du sens à ses actions.

Ainsi, les dirigeants d’entreprises doivent alliés les objectifs chiffrés avec un enjeu personnalisé : pour toucher le cœur des individus, pour stimuler leur engagement, leur capacité à se reconnaître dans le pourquoi de l’entreprise.

L’autonomie au service de la performance

Au-delà du sens, l’individu a aussi besoin d’autonomie. C’est à dire, d’avoir la possibilité d’agir en faisant des choix : des choix sur ce qu’il fait, quand et comment il le fait, et avec qui. Pourtant, il ne s’agit pas d’indépendance. En effet, le salarié travaille dans le cadre d’une entreprise, avec des directives et d’autres individus. Il est donc amené à respecter un contexte de travail et des objectifs généraux.

Toutefois, lorsque le salarié se sent autonome il obtient de meilleurs résultats. En effet, il développe sa compréhension du sujet, pour pouvoir faire ses choix en toute connaissance de cause. Ce qui l’amène à être persévérant, impliqué et plus productif.

Le troisième pilier de motivation : apprendre et s’enrichir

Le besoin d’apprendre, de développer de nouvelles capacités et la curiosité sont profondément ancrés en chaque être humain. Chacun aime particulièrement découvrir de nouvelles idées, de nouvelles façons d’agir. Mais aussi être capable de développer ses compétences en maîtrisant de nouvelles tâches. Ce qui représente pour l’entreprise, un avantage certain : en effet, chaque salarié va non seulement utiliser ses compétences actuelles pour maîtriser ses missions. Mais aussi en développer de nouvelles, devenir plus créatif, améliorer sa productivité. Le salarié prend alors plaisir à accomplir des missions nouvelles, et enrichissantes.

Le codéveloppement, le sujet de la formation mais aussi celui du coaching sont donc des piliers de motivation importants.

Aujourd’hui, de nombreuses entreprises se tournent également vers le sujet de la QVT (qualité de vie au travail). En effet, cette démarche QVT explore des thèmes comme les valeurs au travail, l’autonomie, l’innovation…

Et vous, quels sont les leviers de motivation que vous utilisez ?

HARDY COACHING

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *