bien etre au travail

QVT : comment contribuer au bien-être au travail ?

On s’imagine que la qualité de vie au travail (QVT) se résume à un babyfoot, une salle de repos et une soirée sympa. C’est en réalité une vraie conscience collective, inscrite dans la stratégie de l’entreprise. Alors comment améliorer sa QVT ?

L’ambiance : le b.a.-ba du bien-être

La première chose, mais la plus importante et la plus difficile à faire, est de créer une ambiance. Attention toutefois ; elle doit être authentique.

En effet, c’est au chef d’entreprise de lancer la dynamique s’il veut améliorer le bien-être de ses salariés. Si la politique est de dire bonjour le matin et que le patron lui-même ne le fait pas, il ne faut pas s’étonner que les employés non plus. Pire, lorsque les entreprises veulent améliorer le bien-être de leurs salariés uniquement pour optimiser leurs performances, cela s’avère toujours contre-productif.

Cela peut passer par l’organisation d’évènements, de séances de team building, de fêtes d’anniversaires…, des cours de sport, de yoga. Mais c’est aussi penser à de nombreux petits services afin de faciliter le quotidien. Une conciergerie, un service de pressing, l’accès à des praticiens du bien-être, où la possibilité de faire faire sa révision de voiture, se faire livrer…   Bref, simplifier le quotidien.

(www.eosconcept.fr propose à Bordeaux diverses solutions d’optimisation du bien-être au travail dans les entreprises)

Autre exemple, le télétravail peut permettre à certains de travailler à distance quelques jours par semaine. Autre nouveauté qui voit le jour, le flex office. Il n’y a plus de bureau cloisonné, ni de bureau attribué. Chacun occupe un espace de travail en fonction des besoins. Finis les bureaux vides (et couteux) pour les salariés non sédentaires.

Mais vigilance : c’est un choc culturel pour certains. Il faut donc accompagner ces changements, leur donner du sens afin qu’ils soient acceptés facilement. C’est là que le coaching peut vous aider. 

Se sentir chez soi

Et pour que les salariés se sentent bien, il faut qu’ils se sentent presque comme chez eux. Or, le mobilier contribue particulièrement au bien-être. Tout comme l’aménagement de l’espace de travail. Créer des espaces de réflexion, de travail d’équipe, de détente et même des espaces dotés de bibliothèques ou d’outils.

Pourquoi ne pas solliciter l’avis du personnel, principal utilisateur concerné ? Les salariés ont aussi leur rôle à jouer et doivent être forces de proposition. Ils ont le droit et le devoir d’être acteurs de la QVT. Le coaching vous permet de mobiliser vos collaborateurs et de les impliquer dans leur bien-être.

J’ai rencontré sur ce même sujet, un « archisensorialiste » dont le credo est d’adapter l’environnement pour améliorer l’intérêt de l’utilisateur. (www.esiconcept.fr)

 

Les études le prouvent

Un doute sur le fait que la QVT soit devenue peu à peu un sujet prioritaire pour les entreprises ?  57% des salariés attachent de l’importance à un « bonjour » le matin et la moitié d’entre eux attendent des encouragements de leur supérieur, selon l’étude “Qualité de vie au travail 2017, regards croisés” de Malakoff Médéric. La même enquête révèle que 97% des salariés pensent que la santé et la QVT contribuent à la performance de l’entreprise. Les sociétés où la QVT est jugée très bonne témoignent d’ailleurs d’un taux d’absentéisme plus faible de 37% par rapport à la moyenne.

La QVT est essentielle. Elle pèse positivement dans la performance de l’entreprise. Les patrons ne disent-ils pas : « Si l’on veut que les salariés arrivent plus tôt ou restent plus tard en cas de nécessité, il faut qu’ils se sentent bien dans l’entreprise. »

Et vous, quelle est la place de la QVT dans votre entreprise ?

Rendez-vous avec HARDY COACHING pour faire le point ensemble…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *