coaching generation y millennials hardy coaching

 

LA GÉNÉRATION Y PRATIQUE LA RECONVERSION PROFESSIONNELLE ET CHERCHE DU SENS…

Suis-je vraiment à ma place dans ce que je fais ? Si je ne fais rien pour changer, est-ce que je vais passer à côté de moi-même ? A l’approche de la trentaine, la génération Y, s’interroge sur le sens qu’elle donne à son travail et s’autorise une reconversion.

 

La génération Y est née entre les années 80 et 95. Elle représente 40 % des actifs en France et est souvent très diplômée. Élevée par des parents du baby-boom, elle a été bercée par l’idée que faire de grandes études offraient de belles perspectives professionnelles. Mais également par le dictat du sacrifice au travail pour en récolter ensuite les bienfaits, comme par exemple, les vacances au soleil et une confortable retraite.

Sauf qu’après 2008, plusieurs années de crise se suivent. À l’heure de l’entrée sur le marché du travail de la génération Y, crise et chômage sont des réalités qui invitent à une réflexion.

Or, la génération Y, préservée des conflits, est aussi connectée, impatiente, idéaliste. Et elle n’attend pas 40 ans pour être épanouie au travail.

 

La génération Y pratique la reconversion professionnelle

Marie, 31 ans : Après des études dans une prestigieuse école de commerce, elle fait un très beau début de carrière en marketing, avant de se reconvertir pour devenir consultante en management. Elle cherchait « un nouveau sens à sa vie » en lançant son autoentreprise.

Caroline, 28 ans : Designer dans une grande enseigne a demandé une rupture conventionnelle pour se reconvertir comme barbière. Épanouie, équilibrée, elle a déménagé de sa triste campagne et vit aujourd’hui face à l’océan, sa ressource.

 

La génération Y prend du recul pour se recentrer

Est-ce normal d’embaucher le lundi en attendant le retour du weekend ? De rêver 47 semaines par an de 5 semaines de vacances ? D’avoir le blues le dimanche soir et la boule au ventre le lundi matin ? De se sentir stressé, en danger en permanence ? De compter parmi les trop nombreuses victimes de burn out ou au contraire de bored out ?

Non.  La génération Y ne semble pas d’accord pour réaliser des tâches quotidiennes dépourvues de sens. Car elles conduisent au désenchantement, au désengagement. Absence de motivation et d’envie.

Changer d’orientation n’est pas une erreur de parcours. C’est plutôt un réajustement, et cela démontre une capacité à évoluer.

Un coach peut les aider à prendre du recul sur leur parcours et se mettre à l’écoute de leur « petite voix intérieure ». Et trouver leurs besoins fondamentaux, ce qui les équilibre, ce qui donne du sens.

Mais il ne s’agit pas de renoncer au parcours antérieur, qui révèle certaines qualités et fait partie de son propre chemin. Il convient de le valoriser, de créer sa propre histoire ancrée dans une réalité économique, inspirante et authentique.

 

Faire fructifier ses talents et trouver sa zone de génie

Les talents sont toutes ces choses que l’on fait naturellement avec aisance et sans effort ni réflexion. Ce sont ces activités parfois anodines pour lesquelles on nous dit « tu es doué », « tu as un don, un œil, des facilités ». En effet, ils se révèlent souvent dans les loisirs et reflètent notre particularité.

Ensuite, il faut réussir à faire table rase de ses propres limitations, ses blocages, ses peurs, ses habitudes. Parfois, se sont des croyances issues de l’éducation familiale ou du milieu social. Le coach encourage à identifier ces barrières psychologiques et sortir de sa zone de confort pour faire fructifier les talents et évoluer encore plus loin. Car, sortir de sa zone de confort, c’est prendre le risque d’exceller dans son travail et d’y prendre du plaisir.

Trouver sa zone de génie !

 

Passer du rêve à la réalité

Attention, l’idée n’est pas de sauter dans le vide du jour au lendemain sans être préparé. Le coach met en action en commençant par l’exploration d’informations : métiers, statuts, style de vie, évolution du marché, nouveaux métiers, innovation technologique, entreprises qui bougent, … Mais aussi, rencontrer des professionnels pour un retour d’expérience, tester le job convoité, consulter ses pairs, sont autant d’étapes indispensables pour une reconversion réussie. Car il ne s’agit pas de fantasmer un job, mais de s’en approprier les avantages et les inconvénients et de connaître ses propres limites. Suis-je prêt à gagner moins pour plus d’épanouissement personnel ? Suis-je apte à travailler seul ? Est-ce compatible avec ma vie personnelle, familiale ?

La préparation construite et concrète de cette reconversion professionnelle est une condition de succès.

 

Et vous, vous avez envie de trouver votre zone de génie ?

HARDY COACHING

2 Répondre à “GÉNÉRATION Y : RECONVERSION ET QUÊTE DE SENS”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *